Projets de recherche

COHABITATION CITOYENNE ET NOUVELLES FORMES D’APPARTENANCE

(CRSH : 2017-2020)

Chercheurs principaux:  Bob White, Pierre Anctil, Daniel Côté, Jessica Dubé, Jorge Frozzini, François Rocher, Francine Saillant, Mireille Tremblay, Christian Agbobli

La ville a toujours été un lieu de co-habitation où les personnes d’origines différentes interagissent et partagent un certain nombre d’objectifs communs.  Dans ce sens l’énoncé de “ville interculturelle” n’a rien de nouveau.  En même temps nous savons que les vagues d’immigration récentes dans certains pays industrialisés soulèvent des inquiétudes sur les relations inter-ethniques, la discrimination et l’inégalité sociale.  À travers une approche interculturelle, les villes se donnent la mission de sensibiliser la population aux bienfaits de la diversité, mais en même temps elles s’engagent dans la lutte contre la discrimination et font la promotion active des interactions positives.  Dans certains cas les villes ont réussi à définir des cadres de référence pour guider les actions à travers plusieurs secteurs d’intervention.  Malheureusement, il y a peu de recherche sur les principes qui sous-tendent les politiques interculturelles et les processus impliqués dans leur implémentation.  Ici nous proposons des ressources pour répondre à ces questions et affronter ces défis.

Objectifs du partenariat

  • Documenter l’état du savoir interculturel et la diversité des pratiques et expertises interculturelles
  • Améliorer la communication et faciliter la collaboration entre les différents acteurs et structures concernés par les dynamiques interculturelles
  • Proposer de nouvelles perspectives théoriques et méthodologiques pour comprendre les dynamiques interculturelles
 *****
DÉVELOPPER LE CONTENU D’UN OUTIL D’AIDE À L’AMÉLIORATION DES COMPÉTENCES INTERCULTURELLES DES INTERVENANT DE LA CNESST À PARTIR D’UNE DÉMARCHE DE CO-CONSTRUCTION

(IRSST #2016-0044)

Chercheurs principaux:  Daniel Côté (IRSST, Université de Montréal), Sylvie Gravel (UQAM), Jessica Dubé (IRSST)

Les chercheurs souhaitent développer un outil d’aide à la communication interculturelle à l’intention et en concertation avec des intervenants de la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST). Cette activité de recherche devrait permettre de conceptualiser les conditions qui favorisent le processus de codéveloppement dans un contexte où tous les acteurs ne partagent pas nécessairement les mêmes repères culturels. L’outil, qui résultera d’une activité de valorisation subséquente, sera nécessaire aux intervenants de la CNESST et permettra d’optimiser le temps d’intervention auprès des travailleurs immigrants, victimes de lésions professionnelles.

*****

VERS UNE VILLE INTERCULTURELLE: PROBLÉMATIQUES, PRATIQUES, EXPERTISES
(CRSH 2012-2015)

Chercheur principal: Bob W. White (Université de Montréal)

Co-chercheurs:  Lomomba Emongo (Université de Montréal), Christian Agbobli (UQAM), Charles Blattberg (Université de Montréal), Pierre Anctil (Université d’Ottawa)

En octobre 2011 la ville de Montréal a été reconnue comme la première « cité interculturelle » d’Amérique du Nord. Au-delà du caractère inévitablement protocolaire d’un tel évènement, cette reconnaissance réaffirme l’importance de la culture dans les relations entre les différentes personnes et communautés qui composent la ville. Cependant, une série d’évènements récents laisse l’impression d’un malaise par rapport à la possibilité de la cohabitation interculturelle dans la grande région de Montréal. De ces constats, il ressort la nécessité pour Montréal de revisiter de façon systématique les acteurs et les institutions qui la composent afin d’identifier et de comprendre les différents discours et pratiques des dynamiques interculturelles. À cet effet, le Laboratoire de recherche en relations interculturelles (LABRRI) propose un programme de recherche en partenariat afin d’identifier des problématiques, des pratiques et des expertises interculturelles dans le cadre du contexte pluraliste de Montréal.

Pour plus d’information, cliquez ici: http://villeinterculturelle.net/

*****

Plateforme d’études et de recherches sur les relations interculturelles (PERRI)

(BRDV, Université de Montréal / CRSH)

Chercheur principal: Bob W. White (Université de Montréal)

L’infrastructure que nous proposons de va permettre la mise en commun, la description formalisée et l’analyse d’un vaste champ de données sur les dynamiques interculturelles à Montréal. Avec la création de cette plateforme nous serons en mesure de déterminer quels types d’interactions en contexte interculturel ont le plus d’impact sur la cohésion sociale et ce, dans quelles conditions. PERRI est un environnement numérique qui permet de décrire différentes catégories de données sur les dynamiques interculturelles en contexte urbain, de les annoter en vue de les enrichir, de faire émerger des indicateurs afin de comprendre les conditions de l’inclusion en contexte pluriethnique. Dans la première phase du projet nous avons développé les outils qui vont permettre l’intégration d’un grand nombre de données du terrain et des partenaires. Cette plateforme sera intégrée aux activités du Laboratoire de recherche en relations interculturelles (LABRRI) du Département d’anthropologie de l’Université de Montréal, dirigé par Bob White. Elle nous permettra de réaliser une série de projets de recherches innovantes en collaboration avec des partenaires universitaires, communautaires et municipaux, notamment la création d’un portail publique sur les situations et les solutions en contexte interculturel

Retombées

  • Obtention de deux demandes de subvention de l’Université de Montréal (Faculté des arts et des sciences, Bureau de recherche, développement, valorisation)
  • Développement d’infrastructure de base (cas de figures, code, arborescence)
  • Possibilité de valider les outils et les hypothèses développés dans le cadre du partenariat
  • Gestion des données déjà générées dans le cadre du partenariat

Pour plus d’informations, télécharger le document suivant: Base de données interculturelles

Voici une présentation dynamique des différentes étapes du projet:

Base de donnée

 *****

LE DEVOIR, FACE À LA DIVERSITÉ CULTURELLE AU SEIN DE LA SOCIÉTÉ CANADIENNE-FRANÇAISE (1910-1963)

(CRSH, Laboratoire de recherche en relations interculturelles)

Chercheur principal: Pierre Anctil (Université d’Ottawa)

L’étude de la presse montréalaise de langue française dans la première moitié du XXe siècle nous permet de suivre sur une longue période l’évolution du Canada français face à l’immigration et la diversité culturelle. C’est particulièrement le cas du quotidien Le Devoir, qui a représenté la pensée nationaliste traditionnelle au Québec depuis le moment de sa fondation en 1910 jusqu’à la Révolution tranquille. Grâce à une analyse de tous les éditoriaux parus dans ce journal entre 1910 et 1963, soit tout près de 16,000 texte publiés sur une période de plus de cinquante ans, il est possible de tracer un portrait historique assez juste du rapport du Québec à l’altérité culturelle. Ces données sont précieuses parce qu’elles nous permettent de mieux comprendre comment ont été vécues et reçues les grandes réorientation des années soixante-dix et quatre-vingt, notamment l’application de la loi 101 aux cohortes étudiantes issues de l’immigration. On peut ainsi mesurer mieux quelle distance idéologique a été franchie par les francophones lorsqu’il s’est agi d’accueillir sur une vaste échelle des populations très diversifiées sur le plan culturel. Les conclusions de cette étude éclairent aussi de manière singulière le débat actuel sur la laïcité et sur la diversité religieuse.

*****

COMPRENDRE LE PROCESSUS DE RÉADAPTATION ET DE RETOUR AU TRAVAIL DANS LE CONTEXTE DES RELATIONS INTERCULTURELLES

(IRSST #2010-0037)

Chercheur principal:  Daniel Côté (IRSST, Université de Montréal)

Co-chercheurs:  Sylvie Gravel (UQAM), Danielle Gratton (Université de Montréal), Bob W. White (Université de Montréal)

Dans le domaine de la santé et de la sécurité du travail (SST), les barrières linguistiques et culturelles sont souvent décrites comme un facteur de vulnérabilité des travailleurs. La réadaptation et le retour au travail sont des processus complexes qui reposent sur une pluralité d’acteurs. La problématique de la réadaptation et du retour au travail dans le contexte de la rencontre interculturelle est peu documentée à l’échelle internationale. Il devient impératif de connaître l’expérience et la perspective de chacun et de cibler des besoins et des problèmes spécifiques sur lesquels il faudra concentrer nos efforts de recherche et de développement. Cette étude vise à identifier les stratégies mises de l’avant par les différents acteurs pour faciliter le processus de réadaptation et de retour au travail des travailleurs dans le contexte de la rencontre interculturelle. Elle vise à décrire l’expérience et la perspective de chaque partie concernée (travailleurs, cliniciens, conseillers en réadaptation, milieux de travail) pour mieux faire ressortir les contraintes, les obstacles, les facilitateurs et les besoins spécifiques. Un échantillon raisonné de soixante individus sera constitué et divisé en quatre groupes à peu près égaux et composés par des travailleurs, des cliniciens, des conseillers en réadaptation et des représentants du milieu de travail. Des entretiens semi-dirigés seront menés auprès de ces groupes et seront basés sur l’approche des incidents critiques dans la manière d’aborder les enjeux SST et réadaptation et sur la technique de l’entrevue d’explicitation. L’échantillonnage visera une variation maximale des contraintes à la réadaptation pour rendre compte des différentes situations qui peuvent se produire. La construction de la grille d’entrevue s’appuiera sur les thèmes qui émergent de la recension des écrits et de ceux qui ressortent d’entretiens exploratoires. L’analyse du matériel sera inspirée de la théorisation ancrée (grounded theory).

 *****

COMMISSION CITOYENNE SUR LES DROITS ET L’HARMONISATION DES RELATIONS INTERCULTURELLES

(CRSH 2012-2014)

Chercheure principale: Mireille Tremblay (UQAM)

Co-chercheurs: Catherine Montgomery (UQAM), Audrey Gonin (UQAM), Jorge Frozzini (UQAC), Marie-Josée Lorrain (UQAM) et Gaby Hsab (UQAM)

Projet de recherche-action ayant pour but de concevoir, expérimenter et évaluer une « commission citoyenne multimodale » pour l’exercice des droits des personnes immigrantes et l’harmonisation des relations interculturelles au Québec. Trois domaines d’intervention ont été privilégiés, soit le travail, la santé, ainsi que la diversité religieuse et la laïcité afin de mieux comprendre les besoins spécifiques des différents groupes, à cerner les enjeux et défis en présence, à identifier les pratiques et les stratégies de communication visant l’intégration des personnes et à identifier des pistes de réflexion ou d’actions susceptibles d’améliorer la situation des personnes immigrantes en regard de l’exercice de leurs droits et de l’harmonisation des relations interculturelles.

 *****

QUELQUES PROJETS DE RECHERCHE-ACTION AVEC LES PARTENAIRES DU LABRRI:

Ateliers de théorie pratique:  Les Ateliers de théorie pratique (ATP) fonctionnent à partir de jumelages entre les chercheurs du LABRRI et nos différents partenaires.  Ils partent du constat que la recherche n’est pas le domaine privilégié des universitaires et que trop souvent les impératifs institutionnels créent des fossés entre “théoriciens” et “praticiens”.  Pour en savoir plus: http://villeinterculturelle.wordpress.com/atp/

Profile de quartier interculturel:  Un projet de recherche pilote avec le Comité d’action pour les relations interculturelles à Lasalle (CARIL).  L’objectif principal de ce projet pilote est d’élaborer les outils de cartographie et d’analyse d’interactions pour évaluer la qualité et les fréquences des relations interculturelles au niveau d’un arrondissement.

Analyse de contenu interculturel:  Depuis novembre 2013 nous travaillons avec le Centre d’histoire de Montréal pour faire une analyse du matériel produit dans le cadre du programme “Vous faites partie de l’histoire”, un programme qui interroge un grand nombre de jeunes issus de l’immigration pour saisir leur expérience depuis l’arrivée dans la région.

Programme Agents de liaison:  Depuis décembre 2014 nous avons commencé à documenter le travail des agents de liaison des Bibliothèques de la Ville de Montréal.  Les agents de liaison qui travaillent dans les bibliothèques des différents arrondissement font un travail de médiation interculturelle importante au prêt des communautés qui utilisent les services publics et l’observation de leurs activités permet de comprendre différents types de dynamiques interculturelles dans l’espace urbain de Montréal.